Actualités publiques

DANS LE JOURNAL : lycéens et collégiens sensibilisés au délit du cyber-harcèlement

Par admin theophilegautier, publié le mardi 17 avril 2018 18:37 - Mis à jour le mardi 17 avril 2018 18:37
image_content_23550646_20180416200226[1].jpg
Ce lundi 16 avril, un groupe d'élèves constitué principalement de délégués de classes, participait à un forum au sujet du cyber-harcèlement à la bibliothèque Niemeyer.
Voisins, soyons solidaires...

Autre génération, autre utilisation. Eux veulent aussi constituer un réseau, on ne peut plus réel cette fois. Un réseau social qui les rapproche de leur voisin dans la « vraie » vie. « Car à quoi cela sert d’avoir 500 amis sur Facebook et finalement n’en connaître, n’en côtoyer, que quelques-uns ? ».

Hier, également, était présentée à l’occasion du Printemps des familles cette plate-forme d’échange. Car elle existe ! Née il y a dix ans sous le nom de domaine « ma-residence.fr », elle se présente comme le premier réseau social de voisins. Rebaptisée Ensembl’- et ayant fait l’objet d’une refonte de son site internet lui donnant plus que des airs de ressemblance à Facebook - elle rassemble pour l’heure un millier de Havrais (200 000 utilisateurs en France). « Les deux mots-clés sont Vie locale et Solidarité », souligne Guillaume Schmidt, responsable du pôle collectivité au sein d’Ensembl’.

Après inscription, l’utilisation est on ne peut plus simple. En tant que particuliers, vous recherchez ou proposez un service, mettez-le en ligne. Cherchez un renseignement sur la vie de votre quartier, de votre résidence ? Postez la question. Avec un peu de chance, un autre abonné, votre voisin, pourra lui-même apporter la réponse.

Fondé sur ce même réseau et des fonctionnalités de signalement, d’alerte et de recommandations de voisins, le dispositif Solidar’IT permet également l’animation d’une communauté locale de solidarité, en coordination avec les acteurs de l’action sociale du territoire. C’est, pour Le Havre, le cas avec le CCAS. Solidar’IT permet ainsi de maintenir le lien social entre les personnes âgées et leur environnement local, d’identifier plus finement leurs besoins sociaux en recueillant leurs attentes directement auprès d’elles ou de leurs aidants, de renforcer l’impact des campagnes d’information et de prévention à leur destination. À noter que ces personnes, n’ayant pas, pour certaines, accès à Internet, peuvent bénéficier de cette entraide entre générations en remplissant une simple fiche « de convivialité ».